Sciences sociales de la quantification (#SSQ – Saison 01)

Séminaire interdisciplinaire co-organisé par François Briatte (ICL – ESPOL), Fabrice Cahen (INED – Esopp) & Émilien Ruiz (UdL – IRHiS)

Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société – Salle 01 – quatre mardis de 17h à 19h du 06 fév. au 15 mai 2018

Argument


Publics ou privés, instruments de gouvernement, outils de preuve ou dispositifs de légitimation, les objets quantitatifs font, de longue date, l’objet de recherches en sciences sociales, et en particulier au sein des établissements d’enseignement supérieur et de recherche lillois.

En témoigne, par exemple, la parution en 2016 du volume auquel nous empruntons le titre de ce séminaire, The Social Sciences of Quantification, co-dirigé par trois enseignantes-chercheuses issues des trois composantes de ce qui constitue désormais l’université de Lille : Isabelle Bruno (Lille 2), Florence Jany-Catrice (Lille 1) et Béatrice Touchelay (Lille 3).

En 2016/2017, le projet AGLOS, soutenu par l’université de Lille & le CNRS (financement PEPS) et la MESHS (Projet émergent), a par ailleurs permis d’amorcer la constitution d’un réseau international et interdisciplinaire de chercheuses et chercheurs s’intéressant aux quantifications dans une perspective critique, à travers des rencontres scientifiques ponctuelles (conférences et journées d’études) et le lancement d’une bibliographie collaborative. Ce carnet en est l’émanation directe : d’AGLOS est né le groupe ACQua- Approches Critiques de la Quantification, dont les activités seront suivies sur ce blog.

L’ambition du séminaire SSQ, co-organisé par François Briatte (ESPOL), Fabrice Cahen (INED & Esopp) et moi-même, est de franchir une étape supplémentaire en offrant un espace de réflexions et d’échanges réguliers à Lille autour des quantifications comme objet de recherche.

En organisant ce séminaire sur un semestre, souhaitons proposer, chaque année entre janvier et juin, trois à quatre séances au cours desquelles des travaux de recherche sur les objets quantitatifs seront discutés dans une perspective interdisciplinaire.

Programme


Chaque séance de 2h proposera une intervention (env. 45 min.) suivie d’une ouverture de la discussion par les co-organisateurs du séminaire et d’un échange avec le public.

Séance 2018.01 – Repenser le gouvernement par les nombres ? (06 février 2018, 17h-19h)

Communication : Fabrice Cahen (INED & Esopp) & Émilien Ruiz (UdL-IRHiS). Discussion : François Briatte (Espol-ICL)

Pour introduire ce nouveau séminaire, nous souhaitons proposer quelques pistes en vue d’un nouvel examen du rôle des nombres dans les pratiques de gouvernement en longue durée. Les statistiques sont-elles intrinsèquement des instruments de gouvernement ? Leur performativité va-t-elle vraiment de soi ? Pour répondre à de telles questions, une clarification conceptuelle nous semble nécessaire (quel gouvernement ? par quels nombres ?), tandis que la pluralité des facettes de la statistique publique mériterait d’être mieux objectivée par de nouvelles études empiriques.

Séance 2018.02 – « Faire preuve par le chiffre ? Une approche par le bas des expérimentations aléatoires » (06 mars 2018)

Communication : Arthur Jatteau (UdL-Clersé). Discussion : François Briatte  (Espol-ICL) Fabrice Cahen (INED & Esopp) & Émilien Ruiz (UdL-IRHiS)

Méthode d’évaluation d’impact, les expérimentations aléatoires visent à atteindre un niveau élevé dans l’administration de la preuve, c’est-à-dire une validité interne forte. Cet article vise à questionner la pertinence d’une telle affirmation, en étudiant les expérimentations aléatoires telles qu’elles se font. Pour cela, il s’appuie essentiellement sur des entretiens. L’article montre que la production de chiffres est largement décontextualisée (particularités du terrain peu prises en compte, « traitement » mal connu) et que la réflexivité demeure réduite. Cela invite à nuancer la qualité de la preuve produite par les expérimentations aléatoires.

Séance 2018.03 – Statistique coloniale et impérialisme 1815-1947 (10 avril 2018)

Communication : Béatrice Touchelay (UdL-IRHiS). Discussion : François Briatte  (Espol-ICL) & Émilien Ruiz (UdL-IRHiS)

Malgré les différences des territoires et des contextes, la statistique coloniale des empires belges, français ou britanniques présente bien des similitudes : conçue au service des métropoles, elle est à la fois un outil de gouvernement, un instrument de mesure et de canalisation des richesses, un élément de propagande et de contrôle. Pourtant, le développement de cet « outil » n’accompagne pas « naturellement » l’expansion des Empires. Support de l’impérialisme, au budget souvent étriqué, puissant instrument d’acculturation, parfois mal maitrisé, symbole de la domination de l’expertise scientifique européenne, mais souvent inutilisable sur le terrain, la statistique coloniale est aussi la première victime des économies budgétaires et de la déflation des années 1930. Comment expliquer ces paradoxes ? A l’exception de rares périodes de volontarisme politique, la gestion des colonies par le chiffre paraît plus aléatoire que volontaire. Elle présente des constances qui incitent à l’appréhender dans ce qu’elle à d’universel en comparant les cas belges, britanniques et français. Il faudra aussi se demander dans quelle mesure ces constantes influencent les fondations de la statistique internationale.

Séance 2018.04 – Crise de performance et réforme du système de santé en Angleterre (15 mai 2018)

Communication : François Briatte  (Espol-ICL). Discussion : Fabrice Cahen (INED & Esopp) & Émilien Ruiz (UdL-IRHiS)

Les processus de quantification, par lesquels l’État construit des populations lisibles, donnent également à voir l’effet contraignant des statistiques sur les décideurs publics eux-mêmes, lorsqu’ils se trouvent soumis au pouvoir disciplinaire de la mesure de leur performance. On démontrera cette proposition en analysant une réforme du système de santé survenue en Angleterre au tournant des années 1999-2000. Cette réforme permet d’observer l’influence sur les décideurs publics de l’étude épidémiologique EUROCARE, qui classe plusieurs pays européens à partir de leurs taux de survie au cancer. L’examen de cette réforme et de ses déterminants permet également de cerner le rôle joué par les acteurs internationaux et transnationaux, comme l’OCDE, dans la circulation de ces données. Elle permet, enfin, de vérifier l’application de la notion de discipline à la quantification de la performance des gouvernements et à ses effets sur l’action publique.


Auteur : Émilien Ruiz

Maître de conférences à l’Université de Lille 3 | En savoir plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *