Les statisticiens et la CNIL : rencontre à Paris le 19 mai 2017

Le groupe « Histoire de la Statistique » de la Société Française de Statistique (SFdS) organise prochainement une demi-journée d’étude intitulée « Les statisticiens et la CNIL : témoignages historiques ».

Argumentaire :

« Nous fêterons l’an prochain les 40 ans de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978 « relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés » qui régit (avec sa modification du 5 août 2004) la production, le traitement, et la conservation des données à caractère personnel. Les enjeux de cette loi en termes de régulation des usages savants, administratifs, et commerciaux de ces données ont été majeurs pour la statistique publique et le seront encore demain avec la révolution des Big Data.
A la suite des demi-journées du groupe « Histoire de la Statistique » consacrées aux archives de la Statistique, puis à l’utilisation des données individuelles, dont certaines interventions sont publiées dans la revue « Statistique et Société » de la SFdS, nous vous invitons à une demi-journée de séminaire consacrée aux rapports entre la CNIL et les statisticiens producteurs de données d’enquêtes. Rapports qui ont été tour à tour collaboratifs (qui s’opposerait à la protection des données personnelles ?) ou méfiants, voire conflictuels, quand certains ont vu dans les dispositions de la loi ou dans ses modes d’application, un ensemble de tracasseries limitant leur capacité de forger les outils d’enquête nécessaires à une recherche socialement utile.
Le recul historique permet aujourd’hui de revisiter ces questions, en croisant les témoignages de différents acteurs, en explicitant les conditions de la mise en place de la loi de 1978 et les impacts qu’elle a eu sur les travaux (enquêtes, fichiers, recherches) des acteurs de la statistique publique : statisticiens, économistes, démographes, et sociologues de l’INSEE, de l’INED, des Administrations, du CNRS et de toute autre institution de recherche sur la société. Ces témoignages devraient entraîner des débats que nous espérons fructueux avec un public venant s’informer mais aussi réagir en fonction de l’expérience de chacun.« 

Programme et informations pratiques : téléchargez le PDF.

Étudier la représentation du passé en ligne : le projet Euchronie par @HistorieNumeriQ

Ce vendredi 21 octobre, avait lieu le séminaire « Histoire et humanités numériques » du projet AGLOS. L’un de nos objectifs étant de construire une bibliographie collaborative concernant les statistiques et pratiques de quantification, nous avons invité Franziska Heimburger et Sébastien Poublanc à nous présenter deux projets collectifs.

Après celle de Franziska dès lundi, l’intervention de Sébastien est en ligne depuis hier sur la WebTV de Lille 3. L’historien, ingénieur de recherche contractuel à l’université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, coordinateur du projet Euchronie avec Rémy Besson, présente les outils et méthodes de ce projet amorcé en 2014/2015.

La bibliographie de l’International Society of First World War Studies par @FHeimburger

Ce vendredi 21 octobre, avait lieu le séminaire « Histoire et humanités numériques » du projet AGLOS. L’un de nos objectifs étant de construire une bibliographie collaborative concernant les statistiques et pratiques de quantification, nous avons invité Franziska Heimburger et Sébastien Poublanc à nous présenter deux projets collectifs.

L’intervention de Franziska est déjà en ligne sur la WebTV de Lille 3. L’historienne, maîtresse de conférences à l’université Paris-Sorbonne, cheville ouvrière de la bibliographie collaborative de l’International Society of First World War Studies y présente le fonctionnement et les évolutions récentes de ce projet lancé en 2011/2012.

Statistiques et gouvernementalité

Le prochain séminaire organisé par le projet AGLOS aura lieu le 25 novembre 2016 :

Pourquoi faut-il penser la statistique contemporaine dans la perspective d’une gouvernementalité ?

par Thomas Berns

Professeur de philosophie politique à l’Université Libre de Bruxelles

La gouvernementalité algorithmique, telle que décrite par Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, analyse les changements dans les pratiques statistiques en tant qu’elles produisent un changement radical dans la nature de la normativité ? Continuer la lecture de « Statistiques et gouvernementalité »

Statistiques et contrôle social

La question du chiffre dans la lutte contre l’avortement en France (1890-1950)
par Fabrice Cahen

Historien, chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED, Paris)

Jeudi 1er décembre 2016 | IRHiS (Lille), salle de séminaire | 17h-19h

Conférence organisée à l’occasion de la parution de Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950, Paris, éd. de l’INED, 2016.

gouvernermoeurs_fcahenPrésentation de l’éditeur : « Pratique secrète prohibée jusqu’en 1975, l’avortement « criminel » fit l’objet d’une lutte acharnée qui, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, occupa une foule de protagonistes et mobilisa d’importants moyens privés et publics. La tentative d’éradication de ce « fléau social », orchestrée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, relève d’une histoire conjointe des savoirs scientifiques, des institutions politiques et des groupes militants et professionnels. Continuer la lecture de « Statistiques et contrôle social »

Histoire et humanités numériques : vers de nouvelles approches collaboratives ?

Vendredi 21 octobre 2016 | 16h-19h | MESHS (Lille) – Salle 02

La mobilisation d’outils et de démarches issus du champ des humanités numériques offre des pistes particulièrement fécondes pour un renouvellement des pratiques collectives en sciences humaines et sociales. Dans le cadre du projet AGLOS, Franziska Heimburger et Sébastien Poublanc interviendront le 21 octobre 2016 à la MESHS de Lille pour présenter deux projets collaboratifs en histoire contemporaine. Continuer la lecture de « Histoire et humanités numériques : vers de nouvelles approches collaboratives ? »

The Social Sciences of Quantification

51grfwnuinlÀ paraître courant octobre en version papier, l’ouvrgage dirigé par Isabelle Bruno, Florence Jany-Catrice et Béatrice Touchelay, The Social Sciences of Quantification. From Politics of Large Numbers to Target-Driven Policies est d’ores et déjà accessible au format ebook sur le site de Springer.

Présentation : This book details how quantification can serve both as evidence and as an instrument of government, whether when dealing with statistics on employment, occupational health and economic governance, or when developing public management or target-driven policies. In the process, it presents a thought-provoking homage to Alain Desrosières, who pioneered ways to study large numbers and the politics underlying them. Continuer la lecture de « The Social Sciences of Quantification »

Maths & Stats en Chine au 20e siècle

Le premier séminaire organisé par le projet AGLOS aura lieu le 30 septembre 2016 :

Mathématiques et statistiques
un rapport difficile au 20e siècle en Chine

par Andrea Bréard

Cluster of Excellence Asia and Europe in a Global Context, Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg | Laboratoire Paul Painlevé – UMR CNRS 8524 – Université Lille 1

À la fin de la période impériale en Chine, les sciences comme les statistiques faisaient partie des ‘savoirs concrets/solides/réels’ (shixue  實學), comme outils essentiels du pouvoir politique, mais les mathématiques n’étaient pas encore une discipline avant le début du 20e siècle. Continuer la lecture de « Maths & Stats en Chine au 20e siècle »

AGLOS

L’ambition première du projet Approches GLObales des Statistiques (AGLOS) est d’amorcer la structuration d’un réseau international et interdisciplinaire de recherches sur la statistique, entendue au sens large des pratiques de quantifications, aux temps modernes et contemporains.

En dépit de quelques exceptions notables (Brian, 1994 ; Desrosières, 1993) les statistiques ont longtemps été étudiées soit par une focalisation sur leur histoire « interne » (autour des questions relatives aux méthodes mathématiques ou aux techniques de traitement des données) soit par une focalisation sur leur histoire externe (autour des questions relatives à la genèse, au fonctionnement et aux usages des systèmes nationaux de statistique administrative, les quantifications étant abordés comme des phénomènes sociopolitiques ou socioéconomiques). Il existe ainsi de facto une forme de clivage entre sciences statistiques mathématiques et sciences humaines et sociales que le projet AGLOS ambitionne de dépasser par la constitution d’un réseau international pluridisciplinaire combinant les approches qui entendent les statistiques aussi bien comme des constructions sociales que comme des « faits » numériques.

C’est là le premier défi que ce projet souhaiter relever : celui d’une approche « globale » de l’histoire des statistique, fruit d’un dialogue entre chercheurs de venant d’horizons disciplinaires très différents : de l’histoire à l’économie, en passant par la philosophie et les mathématiques statistiques. En parallèle, le projet AGLOS ambitionne de relever un second défi renvoyant à une autre signification accordée ici à l’adjectif « global ». Si l’étymologie a longtemps justifié un appareillage solide de l’analyse du développement des statistiques publiques à l’étude de la construction des États, il est aujourd’hui patent que cela a pu conduire à négliger l’importance de la porosité entre processus de quantification publics et privés d’une part ; et à une focalisation sur les systèmes nationaux, bien que quelques travaux pionniers aient engagé des réflexions comparatives (Beaud & Prevost, 2000) attentives à l’internationalisme statistique et à la circulation des modèles nationaux (Brian, 2002 ; Labbé, 2009), souvent oublieuse des sociétés non-occidentales.

En construisant collectivement le projet AGLOS, nous avons ainsi décidé de réunir nos approches disciplinaires en prenant comme point de départ nos expertises respectives sur les statistiques publiques des temps modernes et contemporains pour interroger la pertinence, les enjeux politiques et les articulations épistémologiques des catégories statistiques administratives d’État et des quantifications privées. Il s’agit ainsi de s’interroger sur la capacité de la statistique, ses finalités (construction des catégories, vertu prédictive) et les valeurs dont elle est porteuse (éthique des statisticiens) à s’adapter au changement de paradigme contemporain.

*

Notre volonté de structurer un réseau international et interdisciplinaire de recherches sur la statistique et les processus de quantification s’incarnera d’abord dans la construction d’une plateforme numérique d’échanges de références bibliographiques et de documentation.

En effet, si à plus long terme l’horizon d’un tel projet pourra être celui de la constitution d’une association internationale, il nous semble que, dans un premier temps, un tel réseau doit trouver une structuration dans la constitution et la diffusion d’une bibliographie collaborative

Une telle démarche constituera, le cas échéant, une première étape vers un objectif de plus long terme : l’élaboration collective d’un Dictionnaire encyclopédique de la Statistique. Sur la base des travaux amorcés par l’équipe constituée autour du projet, il s’agira de développer un réseau le plus large possible afin de proposer la réalisation d’une encyclopédie pluridisciplinaire de la statistique en ligne et en libre accès.