L’argument statistique comme outil de légitimation dans la lutte contre la récidive en Belgique entre 1870 et 1930

par Julie Louette (Université catholique de Louvain)

En 1898, le Ministère de la Justice belge, qui dispose d’une statistique judiciaire depuis 1831 (calquée sur le modèle du Compte général français), réforme sa statistique pénale. Elle publie, outre la Statistique d’activité des cours et des tribunaux, la Statistique criminelle, dont l’objectif est de traduire « en chiffres certains aspects de la criminalité considérée comme phénomène social » en étudiant « le délinquant comme membre du corps social frappé par la condamnation ». On passe d’une statistique administrative, qui rendait compte de l’activité des différentes juridictions du royaume, à une statistique morale, où le criminel remplace le crime, où l’individu remplace l’infraction, en tant qu’objet d’étude. L’Etat produit donc un nouvel outil de savoir, dont la principale obsession est de chiffrer la récidive et l’utilise comme outil de pouvoir.

Notre thèse s’organise en trois parties : premièrement, une étude des racines intellectuelles de cette statistique dans une perspective transnationale, deuxièmement, une analyse de la production de la statistique criminelle (à partir de 1898), et enfin, les usages de la statistique pénale en lien avec la gestion de la récidive. C’est sur cette troisième partie que nous souhaitons communiquer.

À partir de l’analyse des Annales et des Documents parlementaires, nous essayons de comparer le rôle joué par la statistique pénale dans le processus législatif (projets de lois, rapports, débat à l’Assemblée) des deux lois visant à réduire la récidive en Belgique à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle : la loi sur la libération et la condamnation conditionnelle du 31 mai 1888, soit avant la réforme de la statistique, et la loi de Défense sociale à l’égard des anormaux, des délinquants d’habitude et de l’adolescence coupable, du 9 avril 1930, soit après la réforme. Si la statistique pénale est surtout utilisée en 1888 comme argument rhétorique et où les chiffres concrets de l’augmentation de la criminalité très peu mobilisés, il va tout autrement en 1930. Ce sont ces différences que nous chercherons à expliquer à travers cette communication.

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme