L’infirmité perçue, observée, examinée : listes nominatives du recensement et listes du tirage du recrutement (1851-1876)

par Pauline Hervois (Cridup, Université Panthéon-Sorbonne & iPOPs, INED)

Le huitième recensement français, celui de 1851, intégra de nouvelles variables, dont une relative aux « infirmités et maladies apparentes ». Cette catégorie fut reprise à l’occasion des cinq recensements quinquennaux qui suivirent, jusqu’en 1876 donc. Les maires étaient chargés de visiter les ménages et de notifier, outre les informations plus habituelles (noms, prénoms, âge, profession), si les individus étaient aveugle, sourd-muet, aliéné, idiot ou crétin, ou bien goitreux. Les instructions concernant la manière d’identifier ces populations restaient toutefois particulièrement vagues. Si les concepts de cécité, de surdi-mutité ou de goitre ne posaient pas particulièrement question, ceux concernant les infirmités mentales (aliénation, idiotie, crétinisme) restaient encore en débat dans les sociétés savantes portées sur ces questions (Académie de Médecine, Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale). D’ailleurs, ce n’est qu’en 1861 que la première distinction entre l’aliénation et l’idiotie/le crétinisme fut explicitée dans les bulletins de recensement. Ainsi, nous disposons de listes nominatives d’individus pour lesquels une maladie a pu être constatée par un non-professionnel, lors de 6 vagues de dénombrement.

La seconde source que j’exploite est celle des listes de tirage du recrutement. En effet, les jeunes hommes ayant atteints 20 ans dans l’année étaient appelés au service militaire ; ils tiraient au sort un numéro qui déterminait leur ordre de passage devant les conseils de révision. À cette occasion, ils pouvaient exprimer un motif d’exemption qui serait ensuite examiné par un conseil de révision au sein duquel un médecin-expert était appelé à s’exprimer. Le jeune homme pouvait alors être déclaré « bon au service » ou être exempté pour des motifs médicaux ou légaux/familiaux (aîné de veuf, frère mort sous les drapeaux).

Ce papier entend aborder la manière dont l’infirmité était connue et perçue dans la seconde moitié du XIXe siècle, en France, en prenant pour exemple les 21 villes du canton de Saint-Bonnet (Hautes-Alpes). Dans cette optique, je souhaite comparer à partir de deux sources précédemment citées, les trois niveaux de données individuelles sur l’infirmité dont nous disposons :

  • Une infirmité perçue, qui correspond au motif d’exemption évoqué par le jeune homme lorsqu’il est tiré au sort
  • Une infirmité constatée, qui correspond au motif éventuel d’exemption exprimé par le conseil de révision
  • Une infirmité observée, qui correspond à la notification des maires lors des recensements de 1851 à 1876.

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme