Une histoire sociale de la Statistique pénitentiaire (1852-1939)

par Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Panthéon-Sorbonne) et Melchior Simioni (GEMASS, Université Paris-Sorbonne)

 

La Statistique pénitentiaire est une source annuelle produite par l’Administration pénitentiaire de 1852 à 1939 sur les établissements pénitentiaires français. Mouvements de la population carcérale, origine sociale, profil pénal des prisonniers, mais aussi produit du travail pénal, punitions, entrées à l’infirmerie ou décès : les tableaux de ces volumes statistiques sont nombreux et fournissent de précieuses informations aux chercheurs désireux de connaître la situation des prisons. Cependant, prendre ces chiffres comme objet d’étude historique pose une importante question : au service de quelles ambitions ont-ils été produits par l’Administration pénitentiaire ? Ont-ils servi le dessein d’un gouvernement des prisons par les nombres, qui se marierait ici très bien avec la conception panoptique de la prison telle qu’elle fut mise en évidence par Foucault ?

Notre réponse opère un pas de côté par rapport à ce paradigme. Si la Statistique fut d’emblée placée sous le signe de la réforme des prisons qu’elle devait servir, ses cadres et l’organisation de sa production font plutôt de ces chiffres des outils d’administration. En effet, l’analyse concrète du travail statistique de l’Administration pénitentiaire, à travers les différentes étapes de sa construction, montre que ces chiffres servent surtout de preuves de bonne administration en direction de l’administration centrale. Ils forment une connaissance de l’administration, produite par l’administration, principalement pour l’administration. Cette orientation administrative du document est corroborée par sa réception : l’utilisation marginale de ces chiffres dans les arènes de discussion des prisons (Parlement, Société générale des prisons) montre un effacement de la statistique des prisons au profit de la statistique de la justice criminelle, bien plus prestigieuse et plus à même d’alimenter les discussions politiques sur la question pénitentiaire.

Au tournant des années 1910, une incertitude sur la finalité des chiffres des prisons ressurgit, avec le projet de fusion des statistiques judiciaires et pénitentiaires en vue de créer une statistique criminelle – les chiffres des prisons, qu’il s’agirait de refonder, apparaissant comme de possibles instruments de connaissances pour la criminologie naissante. Mais l’échec de cette fusion réaffirme et conforte le caractère administratif de cette source, tout en débouchant sur un appauvrissement de la Statistique pénitentiaire avec la suppression des informations sur les individus incarcérés à partir de 1911.

Notre communication retrace l’histoire de cette source, de sa production à ses usages, en soulignant les liens étroits entre quantification et administration qu’elle révèle. Elle entend également montrer ses échecs à devenir un instrument au service de la réforme pénitentiaire, et, plus tard, de la connaissance criminologique.

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme