Outils de contrôle, de gestion et de légitimation : éléments de réflexions autour des statistiques policières belges contemporaine

par Jonas Campion (IRHiS, Université de Lille)

Les réflexions que nous menons sur les statistiques policières contemporaines sont d’abord utilitaires. Elles s’inscrivent dans un double défi par rapport à des chantiers de recherches actuelles. Celles-ci portent sur l’articulation des politiques et systèmes de sécurité (publiques), dans l’Europe du Nord Ouest, pour le long vingtième siècle. Dans ce cadre, il faut faire face à un certain nombre de difficultés : nécessité de baliser et structurer cette longue durée ; nécessité de réfléchir à des objets transnationaux de recherche ; mais surtout disponibilité, conservation et accessibilité de sources sécuritaires (ou policières) dont la situation est parfois loin d’être évidente.

Pour répondre à ces défis, notre attention s’est alors portée vers la possibilité d’interroger les chiffres témoignant de l’activité sécuritaire. À leur encontre, il convient alors de s’interroger sur leur disponibilité, leur mode de création, mais surtout les usages qui en sont faits. Dans quel(s) but(s) ces séries sont-elles produites et mobilisées, comme outils de légitimation, de gestion et/ou de contrôle des acteurs de l’exercice de la sécurité, au long du 20e siècle ? De cette façon, nous questionnons l’usage du chiffre dans l’organisation, les pratiques et l’évaluation de l’exercice d’une politique publique ancienne, régalienne par excellence, car touchant au droit de punir, à l’usage de la violence étatique et la nécessité de la gestion collective des risques individuels.

Dans le cadre d’une recherche qui en est encore à ses balbutiements, nous concentrons aujourd’hui mon propos sur les statistiques produites par les polices belges au 20e siècle – les polices incarnent un acteur particulier, de terrain, des systèmes sécuritaires, interagissant avec ses autres pans, comme les appareils judiciaires, les autorités politiques et administratives mais également le citoyens. D’une part, nous dressons un état des statistiques témoignant de l’activité des polices belges. Constatant leur insuffisance et leur caractère disparate, nous proposons ensuite les premiers éléments de réflexion (méthode, heuristique, épistémologie et exploitation) permettant d’envisager une histoire des politiques et pratiques de la sécurité au prisme de données chiffrées relatives aux budgets de cette politique publique.

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search