« Il est indispensable que nous ayons sous les yeux un tableau exact et fidèle » : maîtriser l’espace et administrer l’Empire colonial à travers les colonnes du tableau de recensement (Antilles, 1763-1789)

par Fanny Malègue (INED & CENA, EHESS)

Alors que la France métropolitaine n’est pas recensée in extenso avant l’ère napoléonienne, des recensements sont réalisés de manière minutieuse et très régulière sur les territoires ultra-marins, et ce, dès le début de l’expansion coloniale, démontrant, d’une part, que la Couronne n’ignore pas les intérêts d’un recensement exhaustif de la population, et, d’autre part, qu’elle est capable d’utiliser cet outil aux confins de l’Empire, à des kilomètres du cœur administratif et politique du royaume.

Il est intéressant de constater que le recensement permet à l’administration locale et centrale de mieux saisir le territoire et les enjeux de son exploitation et de son découpage, alors que les tentatives de mise en carte ou en cadastre sont tardives et rencontrent bien des difficultés (il faut attendre 1789, et le travail demeure largement incomplet pour l’intérieur des îles). Lors des cessions de territoires avec l’Angleterre, des recensements sont fournis, mais rarement des cartes. De fait, le recensement semble se substituer dans une certaine mesure à la carte, ou en tout cas la suppléer. La forme caractéristique que prennent les recensements envoyés en métropole nous apparaît comme révélatrice : il ne s’agit pas d’une liasse regroupant plusieurs feuillets, mais d’une seule et même feuille, de très grande taille, qui permet au lecteur d’embrasser d’un regard la totalité de la colonie concernée. Le processus de recensement lui-même fait émerger des enjeux de découpage du territoire qui remontent jusqu’au ministre de la Marine et qui en fournissent une connaissance fine aux autorités qui ne se déplacent jamais physiquement aux colonies, alors même qu’en métropole la connaissance cartographique et physique du territoire semble s’être imposée comme un savoir nécessaire au gouvernement éclairé.

Notons d’autre part que les résistances se cristallisent de manière antagoniste entre métropole et colonies : aux colonies, cartographier pose problème, alors que recenser (même si les fraudes sont nombreuses) n’est pas vu comme une intrusion abusive de l’Etat dans les affaires des colons. A l’inverse, la métropole est cartographiée mais pas recensée intégralement. Le cas de la Corse, intégrée au royaume en 1769, mérite d’être questionné car c’est le seul territoire où la monarchie parvient à imposer recensement et cadastre.

L’enjeu de cette communication serait donc de comprendre ce que permettent cartes et recensements, et pourquoi le recensement s’impose comme l’outil favori de la gouvernementalité royale outre-mer, instaurant une proximité État/sujet accrue aux colonies. Le recensement qui nous apparait comme une autre cartographie du monde, mais cette fois-ci hiérarchisée et organisée, revêt une véritable dimension spatiale qu’il conviendra d’analyser tout en creusant cet argument du recensement comme une véritable carte en chiffres.

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme