Histoire des statistiques coloniales 19-20e siècle – Pistes de recherche

par Béatrice Touchelay (IRHiS, Université de Lille)

Si la recherche de Fanny Malègue sur les recensements démographiques des territoires ultra-marins français au 18e siècle comble un vide certain, l’histoire de la statistique coloniale des 19 et 20e siècle reste méconnue. Il apparaît néanmoins que l’élan des statistiques démographiques qu’elle décrit et la curiosité du Prince pour ses possessions ultra-marines qui le sous-tend ne survivent pas au Consulat. Pourquoi et comment étayer cette affirmation ?

Alors que les statistiques nationales s’étoffent sous le Premier Empire (création d’un bureau spécialisé, organisation d’enquêtes industrielles, « inflation statistique » impulsée par des notables), l’essor de la statistique des territoires ultra-marins paraît brisé. Le blocus continental explique en partie cette situation, mais il ne suffit pas à expliquer pourquoi cette rupture se prolonge tout au long du siècle, voire également au siècle suivant, alors que l’Empire s’étoffe. Faut-il comprendre qu’une métropole ne peut pas développer à la fois les statistiques sur son propre territoire et celles de ses colonies ? L’exemple britannique, dont les statistiques intérieures et coloniales s’accroissent parallèlement, atteste du contraire. Pourquoi et comment la France peut-elle bien se passer d’un instrument d’information essentiel à la mise en valeur de ses territoires et d’un tel attribut de souveraineté ?

Il convient d’abord d’éclairer les transformations de la statistique coloniale française aux 19 et 20e siècles pour préciser dans quelle mesure l’élan statistique est brisé et pour analyser les motifs et les conséquences de cette évolution. Il convient aussi de comprendre pourquoi la statistique coloniale française est si mal connue. Les recherches de Magali Barbieri sur la statistique démographique de l’Indochine française constituent une exception, alors que les historiens britanniques se penchent depuis longtemps sur les statistiques de l’Empire sous leurs différents aspects[1]. Ce désintérêt pour l’histoire de la statistique coloniale française tient-il aux lacunes de la documentation disponible ? De quoi est-il le signe ? Ces questions conduisent à s’interroger sur le sens même de la statistique coloniale : le sous-encadrement des territoire français d’outre-mer et leur éloignement suffisent-ils à expliquer l’important décalage entre la statistique coloniale française et britannique ? Ce décalage persiste t-il au 20e siècle alors que l’empire français atteint son apogée ? Comment expliquer que les services de statistique des nouvelles nations héritées de la décolonisation française ressemblent tant à ceux de leur ancienne métropole malgré leurs lacunes ? Dans quelle mesure l’histoire de la statistique coloniale s’intègre t’elle dans une histoire de l’internationale de la statistique et, dans ce cas, comment expliquer que la statistique coloniale française soit restée si imperméable à l’exemple britannique ? Autant de questions qui ne trouveront pas de réponse avant le 20 novembre mais qui prendront tout leur relief dans la discussion.

[1] Barbieri, Magali. « De l’utilité des statistiques démographiques de l’Indochine française (1862-1954) », Annales de démographie historique, vol. 113, no. 1, 2007, pp. 85-126.

 

RDV le 20 nov. 2017 !

revenir au programme